Confirmer la suppression?

Le secret du régime Okinawa

Petite question digne d’un «trivial pursuit» : quelles sont les particularités des habitants de l’archipel d’Okinawa au Japon ? Vous donnez votre langue au chat ? Une espérance de vie imbattable et la plus grande proportion de centenaires au monde ! Cela laisse forcément rêveur et donne envie d’en savoir un peu plus sur ces îliens et leur secret de jouvence.

Une démographie hors du commun

Le Japon détient l’espérance de vie à la naissance, la plus élevée au monde et dans la quarantaine d’îles d’Okinawa les compteurs explosent. Okinawa est également célèbre pour son taux élevé de centenaires, vieillards qui sont pour la plupart alertes, en bonne santé et en pleine possession de leurs moyens physiques et intellectuels. Ces résultats extraordinaires, ont suscité depuis longtemps l’intérêt des scientifiques. Des équipes de médecins, de chercheurs ont ainsi analysé finement la population locale et mené diverses études approfondies.

Un régime alimentaire ancestral

Les habitants d’Okinawa suivent des principes alimentaires simples :
- manger léger, sans aller au rassasiement total. On doit sortir de table en n’étant pas complètement rassasié. L’estomac est plein à 80%.
- servir des portions menues.
- favoriser des aliments frais, légumes et fruits sont fortement recommandés.
- privilégier le poisson et consommer très peu de viande.
- cuisiner des algues récoltées localement. Les qualités nutritives des algues sont assez peu reconnues en Occident contrairement au Japon. Les algues sont riches en minéraux et faiblement caloriques.
- peu de sucre et de sel.
- boire du thé vert et de l’eau. Riche en antioxydants et grâce à son pouvoir diurétique le thé vert facilite l’élimination des toxines.
- favoriser les cuissons douces (micro-ondes et barbecue sont proscrits). Les aliments sont considérés comme une forme de médecine (on mange pour se nourrir et pour se guérir) et sont classés selon leur densité énergétique (valeur calorique pour 100 g d’aliments divisée par 100). Ce principe permet d’opérer une sélection des aliments à privilégier ou à bannir :

Tableau synoptique de la densité énergétique de certains aliments

 

A consommer

Aliments

Aliments à très basse densité énergétique, (< 0,7)

A volonté

eau, thé, concombre, tomate, endive, courgette,potiron, brocoli, citron, champignon, haricot vert, fraise, betterave, abricot, orange, melon, pêche, ananas, pomme, yaourt nature, tofu...

Aliments à basse densité énergétique (0,8 à 1,5),

A privilégier

banane, avocat, pomme de terre, poisson blanc, oeuf, riz-pâtes, légumineuses...

Aliments à haute densité énergétique, (1,6 à 3)

De manière très modérée

poisson gras, viandes maigres, pain, fruits secs, pizza, glace, confiture, raisin...

Aliments à très haute densité énergétique (>3)

A éviter

noisette, beignet, bacon, noix, chocolat noir, arachide, amande, mayonnaise, beurre, huile...


Plus qu’un régime, un mode de vie

L’alimentation n’est cependant pas la seule responsable de ces résultats incroyables. Selon certains chercheurs, les explications de la longévité des insulaires sont également à rechercher dans leur environnement et leur mode de vie. La société japonaise est une société d’entraide où les liens sociaux sont forts : les personnes âgées ont une véritable place dans leur famille et dans la société. Elles se sentent utiles, sont valorisées et respectées par tous. Par ailleurs, les habitants pratiquent régulièrement et à tout âge une activité physique, bien souvent la marche, reconnue comme étant un sport aux multiples vertus. 

Depuis quelques années, l’écart d’espérance de vie entre Okinawa et le reste du Japon a régressé. L’évolution des modes de vie des plus jeunes, le développement d’une société de consommation à l’occidentale (apparition de fast-food, distributeurs de sodas et autres sucreries...) et l’émergence de l’individualisme semblent peu à peu nuire aux si bons résultats démographiques. Il n’en reste pas moins que nous pouvons nous inspirer de la sagesse des Anciens et de certaines de leurs pratiques ancestrales simples afin de les transposer sous nos latitudes pour conserver au maximum notre capital santé et notre jeunesse...


Texte de Virginie Monluc